William Hill en retrait

150% Premier dépôt jusqu'à £250

Claim Now!

William Hill en retrait

Depuis quelques années, le bookmaker William Hill propose aussi des jeux de casino en ligne. Malheureusement, il connaît un petit recul au niveau des chiffres et l’année 2016 pourrait même être qualifiée de très difficile. William Hill c’est un bookmaker basé à Londres qui a ouvert ses portes véritablement en 2005. Cet opérateur propose donc des paris sportifs en ligne, mais aussi des jeux de casino (roulette, machines à sous, vidéo poker, blackjack…).

Histoire
C’est Monsieur William Hill qui a créé la société en 1934, mais à cette époque, le jeu était illégal en Grande Bretagne. En 2002, la société a été cote en bourse et en 2005, elle rachète plusieurs centaines de bureaux de paris sportifs à Stanley Leisure. Quelques années plus tard, le site en ligne ouvre ses portes afin de permettre aux joueurs de parier en ligne sur les principaux évènements sportifs ou alors de miser sur des jeux de casino en ligne. C’est à partir de 2005 que les machines à sous ont été légalisées au Royaume Uni.

Monde
William Hill, ce n’est pas que des bureaux de paris en Angleterre, puisque c’est aussi quelques bureaux partout dans le monde. En 2009, cette société s’est aussi installée à Gibraltar afin de contrer les fortes taxes du Royaume Uni. Malheureusement, ces dernières années, elle a dû aussi fermé quelques postes, notamment en Irlande et en Italie. Par contre, grâce à une forte demande, elle a pu ouvrir son activité en Inde, mais aussi sur le sol américain et plus précisément dans le Nevada.

Parrainage
Pour essayer de valider sa place dans ce marché très concurrencé, cet opérateur est même allé chercher des partenariats avec des clubs de sports comme le club de football de Malaga, qui évolue dans le Championnat d’Espagne. En Espagne, cette société a quelques difficultés pour se faire un chemin dans ce secteur.

Marché en 2016
Ce secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne est très compliqué et d’ailleurs, William Hill vient d’annoncer une année 2016 difficile. S’il a connu une légère hausse des produits nets de 1%, cet opérateur vient d’enregistrer une baisse des bénéfices. Pour débuter cette nouvelle année, il compte tout de même sur quelques investissements et quelques améliorations réalisées en 2017.
La baisse est de l’ordre de 10% et d’ailleurs, le bénéfice a été de 1,99 milliards de dollars en 2016 dont 281 millions de dollars pour les paris sportifs en ligne. Même par rapport aux jeunes qui jouent en ligne, la baisse est significative, de l’ordre de 4%.

Innovation
Pour essayer de retrouver une place dans ce secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne, la société William Hill a réalisé quelques innovations qui seront bénéfiques en 2017. Le marketing en ligne a été retravaillé et en plus, la structure de gestion a été modernisée afin de se focaliser un peu plus sur les besoins des clients et afin d’aller chercher quelques marchés sur le plan international. Si le poker en ligne, le bingo en ligne et les jeux de casino en ligne ont aussi connu une baisse, cet opérateur a décidé de travailler sur ces secteurs afin d’optimiser les chiffres. Le casino terrestre de Las Vegas est une satisfaction pour le groupe, tout comme les paris sportifs sur les téléphones mobiles. Pour terminer, cette société est en pleine restructuration de sa politique de transformation afin de réduire les coûts et de faire des économies. Au Royaume Uni, toutes ces innovations et ces améliorations pourraient rapidement faire remonter les chiffres, mais la scène internationale reste la plus importante.

Rachat avorté
Avec ses difficultés, William Hill a été souvent l’objet de demande de rachat. D’ailleurs, en 2016, ce bookmaker était dans la ligne de mire des opérateurs, 888 Holdings et Rank. Ils étaient prêts à investir plus de 3 milliards de livres. Finalement, le conseil d’administration a rejeté cette proposition, la jugeant trop peu intéressante pour un poids lourd du marché des jeux d’argent et de hasard en ligne. Dans cette proposition, c’est 888 Holdings qui allait prendre les reines puisque cet opérateur absorbait Rank Group et avait la ferme intention de racheter William Hill, mais avec ses nouvelles structures. Rank Group était en difficulté et condamnait à payer de 90 000 dollars, donc c’était aussi une belle opération. C’est le président de William Hill, Gareth Davis, qui est allé prendre les devants pour refuser cette offre, surtout qu’en 2015, c’est 888 Holdings qui avait refusé une offre de rachat. De plus, une association avec le groupe Rank ne serait pas forcément profitable, car William Hill n’a pas besoin de se développer dans le secteur des casinos terrestres et des salles de bingo. Le bookmaker britannique est armé dans ce domaine avec des boutiques de paris sportifs au Royaume Uni.

Si la création de William Hill remonte à 1934, elle est basée à Londres et elle dispose désormais de plusieurs boutiques de paris. Le recensement de l’effectif de cette société est d’environ 17 000 personnes. Dans un contexte plutôt difficile, cet opérateur veut quand même tenter de s’en sortir seul, mais attention, l’année 2017 s’annonce déjà décisive. Si les améliorations entrevues en 2016 ne portent pas ses fruits, cette société pourrait être rapidement en difficulté et sous pression, surtout que le Royaume Uni est l’une places fortes dans ce secteur des jeux d’argent et de hasard en ligne. Si le secteur des jeux de casino en ligne est aussi en baisse, celui des paris sportifs ne pourra profiter d’une grande compétition internationale pour rebooster ses chiffres, car en 2017, il n’y a pas de Coupe du Monde de football, pas de Championnat d’Europe ou encore moins de Jeux Olympiques. Ce sera le calme plat cet été !

150% Premier dépôt jusqu'à 300€

Claim Now!